lundi 19 mars 2012

L'héritage des fels de Steven Knight

Editions Nathan
Année 2012
Pages 373

4ème de couverture
Depuis la mort de son roi, le royaume des Fels, monde magique caché sous les glaces du Grand Nord, menace de sombrer dans le chaos. Le sinistre Helva Gullkin veut s'emparer du pouvoir.
Toby et Emma, deux adolescents mi-Fels, mi-humains, sont les descendants du défunt roi. Ils vont devoir se battre pour leur survie, et pour celle d'un peuple tout entier.
Comment pourront-ils sauver les Fels des griffes du terrible despote Gullkin ?


Mon avis

Toby est un enfant pas comme les autres.
Il a été abandonné par sa mère à la naissance, se retrouve dans un fauteuil roulant, ne peut rien faire et ne peut communiquer avec personne.
Son seul plaisir est d’inventer des histoires avec le chat du couvent où il a été recueilli.
Un soir, dans son sommeil, il entend quelqu’un entrer dans sa chambre (une personne autre que la sœur qui s’occupe de lui) mais ne peut bouger.
D’un coup il sent une main glacée dans son coup et se met à pousser un cri.
Il va pouvoir marcher pour la première fois et va rencontrer un drôle de jeune homme sous le nom d’Egil (qui n’est autre que son chat) qui va lui faire vivre de drôles d’aventures.


Je voudrais remercier les Editions Nathan pour ce SP surprise.


Mon avis est assez mitigé car j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire.
Les 100 premières pages m’ont paru d’une lenteur extrême, je me suis même posée la question de savoir si je n’allais pas mettre ma lecture de côté.
Heureusement que je me suis motivée et que j’ai décidé de finir le livre tout de même car après ces 100 premières pages laborieuses, j’ai beaucoup aimé la suite.
Découvrir de nouveaux paysages, suivre Toby dans ses découvertes de cultures, de personnages et de sa « sœur Emma » et puis vivre toutes les aventures qui lui arrivent dans le monde des Fels (monde où règne une politique des plus dictatoriale).

J’ai beaucoup aimé le personnage de Toby.
Il m’a beaucoup touché au début du livre, lui qui est un enfant malade, qui ne peut rien faire, que la chance à abandonner.
On a envie de l’aider à bouger, à parler etc….
Et puis arrive Egil qui va le changer dans son quotidien, qui va lui faire découvrir de nouvelles choses.
Cette nouvelle vie va lui permettre de se découvrir et de se rendre compte que malgré la maladie qu’il a eu à la naissance, il peut arriver à faire des choses et que des personnes ont besoin de son aide.

Un personnage qui m’a fait bien rire est celui d’Egil qui, malgré sa retransformation en être humain, va quand même garder des attitudes de chat.
Il va se retrouver dans des situations rocambolesques comme par exemple essayer de manger une chauve-souris (qui pour ceux qui n’ont jamais essayé d’en manger, a le goût de cuir).

En lisant le roman de Steven Knight, une chose m’a été confirmée c’est que rien n’est acquis et que lorsque l’on croit qu’on est abandonné, et bien, il y a toujours une chose positive qui peut vous arriver.

Une petite chose m’a manqué dans le livre c’est d’avoir plus de détails sur l’arbre généalogique de Toby et de sa sœur, et qu’il y a des situations qui auraient pu être plus approfondies.

Malgré une fin qui se termine en queue de poisson et un début assez laborieux, je lirai la suite s’il y en a une. 


Aucun commentaire: