jeudi 2 octobre 2014

Blackout Baby de Michel Moatti


HC EDITIONS
Date sortie : 2 octobre 2014
351 pages

4ème de couverture
Londres, février 1942. Encore traumatisée par le Blitz, la ville vit au rythme des couvre-feux. Dans les ténèbres de ce blackout, en moins de quatre jours, quatre femmes sont retrouvées mortes, atrocement mutilées. Abandonnés dans les rues les plus sordides de la ville, leurs corps sont accompagnés de messages codés. Alors que Scotland Yard semble totalement dépassé, Walter Dew, un "ancien" qui a travaillé sur l'affaire de Jack l'éventreur, va faire appel à Amelia Pritlowe pour traquer celui que la presse surnomme déjà le "Blackout Ripper".


Mon avis
Je voudrais remercier Agnès Chalnot Communication et HC EDITIONS pour m'avoir fait découvrir ce roman en avant première.

Tout d'abord j'aime beaucoup cette couverture qui nous met tout de suite dans le bain. 
On ne voit pas très bien sur l'image mais sur la couverture nous voyons un masque à gaz et en reflet sur les lunettes, nous pouvons observer Big Ben (qui se trouve à Londres) et les avions survolant cette ville durant la guerre.

Quand on m'a proposé de découvrir ce roman, ma réponse n'a pas fait long feu. Je savais que c'était une valeur sure sachant que j'avais beaucoup aimé le livre précédent de Michel Moatti, à savoir Retour à Whitechapel.

En ce qui concerne l'histoire, nous nous trouvons dans un Londres en 1942 après le blitz. La ville marche au gré des couvre-feux, du blackout (à cette époque les habitants étaient censés ne pas éclairer chez eux et les réverbères dans les rues n'étaient peu ou pas éclairés) et des alertes aux bombardements.

Dans ce Londres sombre et angoissant, nous faisons la découverte de meurtres de plus en plus sauvages.

L'ancien Inspecteur Dew va venir chercher Amélia Pritlowe (personnages que nous rencontrons dans Retour à Whitechapel) afin de l'aider à élucider ces meurtres.


Que vous dire à part que j'ai adoré cette histoire.
C'est le 2ème livre que je lis de l'auteur et je ne suis vraiment pas déçue de ses romans.
Sa plume est addictive et Michel Moatti a très bien mené l'intrigue jusqu'à la dernière page du livre.
Jusqu'à cette page nous ne savons pas ce qu'il va se passer.
Et puis étant une inconditionnelle amoureuse de Londres, j'ai vraiment apprécier de découvrir ce Londres sale et sordide que je ne connaissais pas.

Ce qui me plaît avec cet auteur c'est ce travail de recherches effectué.
Oui, car il faut vous dire que "ce meurtrier" a vraiment sévi dans Londres et les meurtres dont Michel Moatti fait état ont vraiment eu lieu, ainsi que les personnages évoqués.


Pour en terminer, je vous conseille vivement de découvrir ce roman car c'est une valeur sure (mon avis personnel) et puis qui dit octobre dit Halloween donc un livre parfait pour cette période.


Voici le lien de ma chronique concernant Retour à Whitechapel.



Aucun commentaire: