lundi 14 décembre 2015

Les fauves de Ingrid Desjours



Editions Robert Laffont
Collection La Bête Noire
448 pages
Date de sortie 8 octobre 2015


4ème de couverture

« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa.
Lorsqu'elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d'Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l'entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ?
Dans cet univers ou règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.


Mon avis
Je voudrais remercier La Bête Noire pour ce nouveau partenariat.

Plus je découvre les livres dans cette collection et plus je sens que cel va être difficile de passer à côté d'une publication.


Quand j'ai vu qu'Ingrid Desjours sortait un nouveau livre et en plus chez Robert Laffont, je n'ai pas hésité longtemps.



J'ai terminé ce livre juste 2 jours avant les attentats du 13 novembre et je peux vous dire que ce roman prend une toute autre dimension.


Ce roman commence par un l'assassinat de Nadia (la meilleure amie de Haïko) dans un café.
Elles faisaient toutes les 2 parties de l'association que Haïko a créé afin de sauver les jeunes embrigadés par les jihadistes.
Ayant peur pour sa vie, Haïko décide de se faire protéger par des gardes du corps.
Cette dernière fait un coupable idéal concernant la mort de Nadia, car avant de se faire tuer Nadia et Haïko avaient eu une violente dispute.
Lars, ancien de l'armée, va devenir le garde du corps de Haïko malgré quelques complications psychologiques qu'il a ramené.
La relation entre Haïko et Lars va être assez compliquée.


En ce qui concerne l'histoire, cette dernière nous touche énormément car elle se passe juste après les attentats de Charlie Hebdo et encore plus après les évènements du                13 novembre.


L'histoire est prenante, lourde et nous mets dans une atmosphère très dérangeante du début à la fin, on a énormément de mal à la lâcher.

Elle fonctionne sur nous comme la drogue qui est utilisée par les djihads (le captagon).

On veut savoir ce qui va arriver à nos protagonistes.


En ces temps difficiles, cette histoire prend une tournure tellement réelle qu'on ne sait pas comment réagir face à tout ce qui arrive.

Ce que j'ai beaucoup aimé c'est de trouver des articles de presse qui nous parlent de ce qui c'est passé avec Charlie Hebdo et pas que.


Quand on regarde les informations, on nous parle que des djihadistes mais dans ce roman, Ingrid nous parle également de l'enrôlement des jeunes chrétiens pour combattre ce fléau.
Mais est-ce qu'un fléau peut combattre un autre fléau ? on a l'impression qu'il faut choisir entre entre le choléra ou la peste.


Un autre sujet est abordé avec brio, à savoir le retour des soldats à la vie normale.
C'est vrai que l'on ne nous parle pas souvent de ce que peuvent ressentir ces hommes qui ont vu tellement d'horreur mais également leur prise en charge.



En ce qui concerne les personnages, j'ai vraiment été touchée par celui de Lars qui a beaucoup souffert lors de ses voyages avec l'armée.
Ce dernier a besoin de calmer ses nerfs en cherchant l'adrénaline, même si c'est d'une mauvaise manière.

Pour celui de Haïko, j'ai vraiment eu énormément de mal avec elle. Je l'ai trouvé tellement imbu de sa personne. Qui nous donne l'impression d'être touchée par certains événements mais qui nous cache énormément de secrets.


Pour l'écriture d'Ingrid, cette dernière est des plus addictives et tellement réelles qu'elle ne nous donne pas l'impression d'être dans un roman.


Pour en terminer, ce fut encore une super lecture que je vous recommande de découvrir rapidement.









Aucun commentaire: