mercredi 16 mars 2016

Fake Fake Fake de Zoë Beck



Editions Milan
Date de sortie 6 janvier 2016
218 pages


4ème de couverture
Un prénom pourri, des chaussures taille 49 : Edvard, 14 ans, pas un poil sur le torse, est mal parti pour séduire Constance. Alors, sur Facebook, il devient Jason, Américain en voyage scolaire. La belle croque à l’hameçon et en demande toujours plus. De mensonge en mensonge, la machine s’emballe…


Mon avis
J'ai vu passé ce livre lors de sa sortie sur tellement de blogs et de chaines Youtube que j'étais curieuse de le découvrir.


Un ado de 14 ans, Edvard, est le souffre douleur d'un garçon de son lycée. Il faut dire qu'il n'a pas grand chose pour lui (physique commun, chétif, etc ....).
Le problème s'est qu'il est amoureux d'une fille qui se nomme Constance. Malheureusement pour lui, cette dernière ne s'intéresse pas du tout à lui et passe carrément inaperçu.

Pour se "venger" et pour que les personnes l'apprécient, Edvard décide de créer un faux compte Facebook et de se faire passer pour quelqu'un du nom de Jason.


Le sujet est intéressant car il traite d'un sujet d'actualité, à savoir les réseaux sociaux et leur danger.
Beaucoup de personnes créent de faux compte pour se faire passer pour quelqu'un d'autre afin de se faire apprécier ou bien de faire du mal aux autres.
Je ne sais pas si vous connaissez l'émission qui passe sur MTV "Catfish", le résumé m'a vraiment fait penser à celle-ci.


En ce qui concerne les personnages, Edvard m'a énervé plusieurs reprises.  
J'ai trouvé qu'il avait l'esprit mal tourné car pour ma part, ça ne me serait même pas venu à l'idée de me faire passer pour quelqu'un d'autre et qui plus est, va mourir.
Ensuite, je me suis rendue compte qu'il voulait modifier les choses mais qu'il était pris dans un tourbillon qu'il ne pouvait pas maîtriser.

Concernant le personnage du voisin d'Edvard, Monsieur Tannenbaum.
Ce dernier est très touchant et va nous faire découvrir un Edvard qu'on ne connaissait pas.


Concernant la présentation de l'histoire, j'ai bien aimé le fait que ce soit présenté comme un journal intime.
Cela nous permet une lecture facile et rapide à la fois.

Malheureusement, j'ai trouvé que la première partie de l'histoire était un peu lente mais heureusement que la seconde partie rattrape le tout


Pour ce qui est de l'écriture de Zoë Beck, je l'ai trouvé simple et fluide. 
Ce qui est un plus.


Pour en terminer, je dirai que j'ai un avis assez mitigé sur le roman car j'ai trouvé que certains points étaient traités trop rapidement même si la première partie était un peu longue.



Aucun commentaire: