jeudi 22 décembre 2016

Troupe 52 de Nick Cutter






Editions Denoël
Date de sortie 14 novembre 2016
448 pages

4ème de couverture
Une fois par an, le chef scout Tim Riggs emmène un groupe d’adolescents sur Falstaff Island, en pleine nature canadienne, pour trois jours de camping. Et rien de tel qu’une bonne histoire de fantômes et le crépitement d’un feu de joie pour faire le bonheur de la joyeuse troupe. Mais lorsqu’un individu émacié, qui semble tout droit sorti d’un film d’horreur, débarque sur leur camp, réclamant de la nourriture, le séjour vire au cauchemar. L’homme n’a pas seulement faim. Il est malade. Un malade comme ils n’en ont jamais vu… et dangereux avec ça.
Coupée du reste du monde, la troupe va devoir affronter une situation bien plus terrible que toutes les histoires inventées autour du feu. Pour survivre, ils devront combattre leurs peurs, les éléments, et se confronter à leur pire ennemi, eux-mêmes.


Mon avis 
Je voudrais remercier les Editions Denoël pour ce nouveau partenariat.

Je vous le dis assez souvent mais je suis faible devant les couvertures des livres.
Alors quand cette dernière est super sombre avec juste une ile pour représenter le texte, je me suis dit qu'il fallait que je le découvre rapidement.


Et quelle ne fût pas ma surprise !!!!

Ça faisait un bon moment que je n'avais pas lu de roman d'horreur.
Je crois que le dernier que j'ai lu est un de Graham Masterton qui est le "Dieu" de l'horreur pour ma part.


Alors qu'un groupe de scout se trouve sur une ile pour 3 jours, leur chef Tim Riggs va faire la rencontre d'un homme très bizarre qui ne pense qu'à manger (n'importe quoi) mais surtout qui ne fait que maigrir à vue d'oeil.
Quel est le mal qui le touche mais surtout est-ce que ce dernier peut toucher n'importe quelle personne ?


Rhalala comme je le disais un peu plus haut, cela faisait trop longtemps que je n'avais pas lu de livre d'horreur et je peux vous dire que je n'ai pas été déçu par Troupe 52.

Quand on lit ce roman, on ne sait pas sur quel pied danser. 
Je m'explique : Il y a pas mal de scènes dégoutantes voire complètement dérangeante et écoeurantes mais vous avez envie de continuer à lire ce livre pour savoir ce qui va arriver aux protagonistes.
On peut dire qu'on devient un peu maso comme les personnages que nous rencontrons.


En ce qui concerne les personnages, je n'ai pas eu de préférence pour l'un deux.
En fait, ils m'ont assez agacés surtout les scouts. Peut-être est-ce dû au fait que ces derniers sont assez jeunes et réagissent d'une manière qui m'a dérangée à plusieurs reprises.
J'ai même eu l'impression qu'on rentrait dans le cliché du lycée à savoir : les brutes, les chefs et les nerds.


Pour ce qui est de la plume de Nick Cutter cette dernière est fluide, facile à lire mais surtout percutante.
Ce que j'ai apprécié c'est que le roman a beaucoup de rythme, on ne s'ennuie pas une seule seconde.

Le fait que l'auteur ait choisi de faire un huis clos sur une île n'arrange rien à notre paranoïa et à notre stress quand nous tournons les pages.

Ce qui est également intéressant c'est que pour nous faire avancer dans l'histoire mais également nous faire comprendre de quel mal sont touchés les personnages, l'auteur nous partage des articles de presse, des interrogatoires mais aussi des extraits de procès.


Alors si vous aimez les livres d'horreur où vous ne sortirez pas indemne de votre lecture (peut être que vous serez devenu paranoïaque), je vous invite vivement à découvrir ce roman.
Par contre, les âmes sensibles s'abstenir.







Aucun commentaire: