dimanche 27 août 2017

Le pouvoir des lys (tome 1) de Maria V Snyder







Editions Harlequin (Darkiss)
Date de sortie 2013
505 Pages 

4ème de couverture
Avry vit cachée. Elle est la dernière survivante du peuple maudit des Guérisseurs ; si elle se montre, elle risque la mort. Pourtant, un jour, elle enfreint ses propres règles. Cela suffit à Kerrick d’Alga pour la capturer et l’emmener de force. Au terme du voyage, Avry doit guérir un Prince au prix de sa propre vie. Mais, tandis qu’ils se lancent dans cette dangereuse expédition qui rapproche chaque jour Avry de la mort, il se noue entre elle et Kerrick une étrange relation de haine et d’intense attirance réciproques…


L'avis de Nennia

Je me souviens qu'il y a longtemps, j'avais lu la série ''Les Portes du Secret'' du même auteur et que j'avais adoré sa plume. Je me souviens aussi que, malheureusement, même si j'avais adoré le premier roman, mon enthousiasme s'était essoufflé au fil des tomes. Mais le livre Inside Out m'avait réconcilié avec Maria V. Snyder. C'est donc sans appréhension que je me lance dans la lecture de Précieuse.



Il faut savoir que, pour mon plus grand malheur, j'ai une tendance fâcheuse à deviner quasiment l'intégralité des histoires des livres que je lis, j'ai donc décidé que je me lancerai dans un roman sans en avoir lu ni le 4ème de couverture, ni les avis des internautes. Je saute donc dans l'inconnu. Et dieu que j'ai adoré ce roman ! 
Coup de cœur ! Depuis le temps que j'attendais d'être happée dans une histoire ! Comme ça m'avait manqué cette sensation de vouloir à tout prix avoir une minute à soi pour enfin retourner dans le monde que l'on est en train de lire. 




Ce dernier n'est d'ailleurs pas aussi complexe que sont certains romans de fantasy. Surtout que l'écrivain nous révèle progressivement l'univers qu'elle a inventé, ce qui évite la lourdeur des pavés que sont généralement les descriptions de ce style de littérature. 
Nous rentrons dans récit un peu post apocalyptique, un monde qui a été ravagé par une maladie qui s'appelle La Peste. Ces terres étaient Jadis divisés en quinze royaumes, chacun dirigé par un Roi. Seulement, la peste n'a pas fait de distinction entre la royauté et les peuples et a décidé d'emporter tout le monde. 



C'est dans cette ambiance que nous faisons la connaissance d'Avry, jeune fille en cavale depuis 3 ans. Son seul crime est d'être une guérisseuse. Dotée d'un pouvoir magique particulier, elle a le don de pouvoir guérir n'importe quelle blessure et maladie en se les appropriant. Le problème réside dans le fait que les rumeurs affirment que la Peste a été déclenchée, si ce n'est fabriquée, par la Guilde des Guérisseurs, autrefois bien plus nombreux qu'aujourd'hui.


Avry est un personnage tout à fait agréable à lire, ses réactions face aux situations paraissent des plus cohérente et, ce n'est pas pour me déplaire, elle a son petit caractère. Ce que j'aime chez elle, c'est qu'on va la voir évoluer doucement et changer d'avis sur certains points de manière naturelle. 

Quant aux autres personnages, ils ne sont pas si secondaires que ça, mais au lieu de les nommer, je vais vous laisser la surprise. En revanche, ce que je peux vous dire c'est que, même s'ils ont des prénoms peu commun, il est très facile de les distinguer car chacun a sa propre identité et son propre caractère. Ce qui fait que l'on ne se mélange pas les pinceaux. Et ce point-là, je dois l'admettre, est très important pour moi dans la fantasy qui, généralement, contient d'innombrable et d'innommable personnages. 




J'ai trouvé l'histoire peu commune, quoi que l'on peut retrouver quelques situations similaire à d'autres romans. En revanche, je ne me suis pas ennuyée une minute et il m'est même arrivée d'être un peu surprise par un rebondissement ou une petite révélation. Ce qui est très bon signe en ce qui me concerne.





Pour conclure, j'ai beaucoup aimé le monde créé par Maria V. Snyder. Une histoire pleine de magie, de stratégie et d'affrontement pour savoir qui va gouverner. Il est également impossible de rester indifférentes aux personnages, soit on les aimes, soit on les a en horreur.  L'auteur a réussi a me tenir en haleine malgré les 514 pages. Ce roman est totalement addictif et pour une fois, je n'ai pas eu cette sensation de déjà-lu, car l'histoire reste vraiment originale. 


Sa note : 5/5


Aucun commentaire: